Blabla,  La Réunion,  Non classé

Se lancer.

Se lancer

          Il m’aura fallu un nombre incalculable de podcasts sur les dernières semaines, mois où le sujet est revenu 50 fois sur le tapis : se lancer, lancer son projet, aller au bout de ses envies, laisser libre court à sa création. Et un paquet d’encouragements bienveillants de la part de mon entourage à qui j’en ai parlé. 

En effet, ça doit faire un peu plus d’un an (allez sans mentir, quasiment 3 ou 4, voir 5?) que je fanfaronne « Je fais pas des photos au reflex pour les mettre en format carré sur instagram » – Sauf que finalement, il faut bien se le dire, c’est EXACTEMENT ce que je fais.

Quand on m’a demandé quelle voie prendre au lycée, j’ai eu un énorme dilemme ; me lancer dans des études scientifiques, ambitieuses et difficiles, ou alors suivre une voie plus artistique, faire ce que j’aimais faire, jour après jour ? Par raison, par conviction, parce que le métier choisit me stimulait énormément, j’ai suivi la voie des études chiantes scientifiques, un cursus impliquant un joli petit concours au ratio bien décourageant, suivi de quelques années d’école. Les efforts ont payé, la chance m’a sourit et je suis sortie sur le marché du travail.

          A la sortie de ce diplôme, j’avais eu une grande conversation avec un ami, dans un spot archi cool à Lyon en dégustant des falafels. On avait conclu, tous les 2, que même si c’était plutôt pas mal ces études, que nous étions vraiment heureux d’en avoir enfin fini, et bien, on en voulait encore. L’intime conviction qu’on ne s’arrêterait pas là, un goût d’inachevé bien en bouche, une soif d’apprendre, des envies de passionné(e)s. 

Pour ma part, j’avais effectivement bien l’envie d’aller plus loin dans le métier, envie sitôt mise en application lors d’une succession d’opportunités ayant croisé ma route. Me voilà donc rapidement avec un autre diplôme en poche : un rêve d’ado qui s’est réalisé bien plus tôt que prévu, devenir Kinésithérapeute du sport. Découvrir l’incroyable machine qu’est le corps, tâcher d’en comprendre les rouages et les mécanismes, mieux soigner, et surtout mieux prévenir les diverses blessures auxquelles les sportifs sont confrontés. Réussir à transposer ces si précieuses connaissances à la fois aux champions et athlètes que j’ai la chance de côtoyer ; mais également les transposer à Mr et Me Toutlemonde, et à cette petite mamie octogénaire où le challenge réside de rester la plus active possible. Expliquer, jargoniser, convaincre et adapter : voilà ce que j’aime de mon métier. Les rencontres humaines que ça m’a permise de faire ; réaliser que ce que vous donnez, on vous le rend au centuple.  En somme, oui j’adore mon métier, et je ne crois m’être trompée.

           Néanmoins, il y a une petite part de moi qui s’était oubliée dans tout ça ; petite part où mon entourage m’a un peu dit ; « c’est dommage ». Dommage de pas faire quelque chose de ce qui me caractérisait le plus à l’époque, à savoir la photographie. 

Faire vivre les 153 projets créatifs que j’ai en tête ; aller composer les photos que je vois si nettement dans ma tête au réveil ; partir découvrir le monde et se délecter des petites choses, des petits riens qui le composent.

Reprendre la plume pour ravir l’ado en moi, qui s’est lancée dans des études scientifiques alors qu’elle sautillait intérieurement dès qu’on lui demandait des rédactions et des expressions écrites, qui jubilait à l’idée d’écrire des copies doubles en Histoire et en Philo. Satisfaire l’hyperactive qui sommeille et prendre toutes ces idées qui bouillonnent pour ne pas juste en faire un post Instagram tous les 36 du mois. 

C’est donc pour calmer cette ébullition interne non assouvie que je me lance dans ce projet de blog : ma ligne directrice ? Inconnue. Dans l’idée, vous partager ce que j’aime, donner de la place aux 500 GO de photos qui dorment sagement dans mon disque dur, laisser libre cours à mes envies d’écritures, parler de ce qui m’anime, me touche et me révolte.

           Nous y voilà alors : passer de 0 à 1.

Apparemment c’est celui-là le +1 le plus dur, à croire que cliquer sur « publier cet article » va changer le cours de notre vie. Paraîtrait plutôt que ça a tendance à passer inaperçu et que la vie continue. En tout cas, c’est parti, je me lance et vous avez pas fini de me voir surgir 🙂 

Sans plus attendre, je vous laisse découvrir le bout de caillou sur lequel j’ai décidé de vivre il y a plus d’un an maintenant. Petite vidéo qui rend à peine honneur à la beauté incroyable de cette île, mais qui vous permettra de la découvrir un peu !

N’hésitez pas à me faire des retours, la meilleure manière pour moi de m’améliorer ce sont vos feedbacks, positifs ou non !

 

Au plaisir de vous lire,

à très vite 

Manon

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Kinésithérapeute le jour Tout plein d'autre choses la nuit

30 commentaires

Répondre à Juju Pgn Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *